Je marche à travers cette rue-là qui fut mienne

 

lyon-975250__340

 

Je marche à travers cette rue-là qui fut mienne.

Empreinte longiligne, angles qui se souviennent.

Je me sens nouvelle à ce qu’il me reste à vivre,

 

Eclats de bitume entremêlés d’amours vifs,

Visages, surgissez comme l’herbe glissée

Dans un trottoir, comme mon cœur dans le récif

De mon passé aux lumières ressuscitées.

 

Le jour écartelé de présent m’est donné

Pour mes souvenirs que les murs ont transpirés,

Que chaque chose incarne – asphalte chair ridée,

 

Pour mon regard guéri de ne plus être vierge

A la vie ; Par l’horizon tremblé qui me livre

A son parcours – grand mystère semé d’auberges.

 

Je prends les fenêtres les prénoms les regards,

L’amour qui darde le monde – vaste clarté,

Je prends cette rue, je marche vers le hasard :

 

Je suis ouverte à tout ce qu’il me reste à vivre.

6 commentaires sur “Je marche à travers cette rue-là qui fut mienne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s