Raconte, raconte!

Très en retard, donc hors-jeu, mais pour honorer le beau sujet donné par Laurence dans le cadre de l’agenda ironique d’août…


« Raconte, raconte tous les miracles qu’il y a eu ici aussi. »

Elle égrenait les contes et l’enfant en voulait encore, répétant l’ordre sur le ton d’une prière, et ne marchait plus que pour cela, parce que le monde s’enchantait sous l’éclat des prodiges. Toutes les pierres des chemins et les arbres de la forêt et les nuages percés de ciel, tout avait une âme, des colères et des amours fous. Il y avait des batailles et des embrassades, il y avait des courses ailées dans les atermoiements du monde, des soleils terribles et des feuilles amoureuses. Le grand chêne là-bas, dans le virage, l’invitait à boire le thé, et les étoiles faisaient les coquettes : elle irait essayer leurs robes faites d’or et de flamme, tout au bout du voyage. Mais il fallait marcher, parce que, sinon, la main qui la tenait ne dirait plus d’histoires.

« Raconte, raconte tous les miracles qu’il y a eu ici aussi. »

Le silence, non, vraiment, ce n’était pas possible. Le silence lui couperait les jambes et sècherait son souffle. Il fallait peupler sa route de mirages grandioses et que chaque chose lui soit compagne d’aventure. Il fallait célébrer le monde qu’elle quittait, il fallait habiller de rêve celui qu’elle découvrait. Il fallait des légendes à n’en plus finir, alors elle criait presque, et ses yeux faisaient rage :

« Raconte, raconte tous les miracles qu’il y a eu ici aussi. »

L’enfant voulait tous les miracles à croire, à voir et à sentir. Elle serrait de plus belle la main trop molle de sa poupée – sourire en mousse, yeux sans regard – dont la voix de chiffon seule avait le pouvoir de la sauver du tissu sale fait de réel, criblé derrière son dos de trous rouges de sang et de pleurs sans mot.

29 commentaires sur “Raconte, raconte!

  1. Oui, les mots sont porteurs de beaucoup de miracles, surtout lorsque le quotidien est aussi dévasté…
    Merci pour ta participation Clémentine. C’est un plaisir de te lire aussi dans l’agenda 🙂

    Aimé par 2 personnes

  2. Ouf !! tu as le sens des chutes qui font très mal ! J’aimerais bien que mon fromage volant ne voit pas ça pendant son périple, c’est un truc à le faire cailler ! Ou, si ça arrive, qu’il tente un long bras fromageux à la fillette et l’enlève loin du sol dans les nuages sans oublier la poupée toute molle mais qui n’y peut mais.

    Aimé par 1 personne

    1. (Oui, pauvre poupée, ce n’est pas sa faute – on voit bien qu’elle fait tout ce qu’elle peut, quand même)
      Je crois qu’effectivement, le long bras fromageux-volant est la meilleure façon de nous préserver de cette chute trop noire 😉
      Et s’il caillait, le fromage hyper sensible, ma foi cela le préserverait d’être mangé, en cas de chute avant d’avoir atteint les contrées miraculeuses (si tant est que corbeau et renard aient les papilles un peu affutées) !

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, elle est adorable la poupée molle… et ça n’est pas de sa faute si la gamine gambade dans un monde aussi nul !
        Sinon, je ne suis pas vraiment certain que le renard et le corbeau aient vraiment envie de bouffer le fromage ; depuis le temps, c’est devenu un copain !

        Aimé par 3 personnes

        1. Oui, oui, c’est vrai. A force de se côtoyer dans les fables, ça crée des liens.
          Mais surtout, sans fromage, que deviennent-ils eux? C’est pas dit qu’on parle encore d’eux après. Non vraiment, ce serait un mauvais calcul, en dehors de toute considération sentimentale.

          Aimé par 1 personne

  3. Bon jour,
    J’aime cette phrase : « Le silence lui couperait les jambes et sécherait son souffle. » Tout à la fois angoissante et visuelle, tranchante et sans appel, elle est la clé de voûte de votre texte. En fait, je me pose la question : quel affreux drame cet enfant (qui « voulait tous les miracles à croire, à voir et à sentir » a subit pour échapper à la réalité ?
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,
      Merci beaucoup pour votre lecture attentive.
      Je voulais suggérer un drame (ayant en tête ces contrées, ces villages ravagés par la guerre) mais être suffisamment allusive pour qu’il puisse être à la fois tous les drames dont les enfants ont à s’extraire, coûte que coûte.
      Je suis, je crois, marquée par ces figures d’enfants réfugiés sans plus ni père ni mère. Si les mots et les rêves pouvaient seulement leur tenir la main, être à côté d’eux sur le chemin…

      Aimé par 1 personne

  4. Ce qui me rassure c’est que ce n’est pas comique, ça me fait moins de concurrence.😉
    Plus sérieusement l’ironie, ici, correspond bien à l’opposition entre une réalité cruelle et l’enfance des.contes et des jeux.

    Aimé par 1 personne

    1. ah ah ah, effectivement, ce n’est pas comique du tout. Je devais avoir l’humeur bien sombre hier. (Je vais lire le vôtre, qui me rendra le rire!)

      Si ironie il y a (elle peut-être là où vous dites, mais c’est sans calcul), c’est une triste ironie qui ne prête même pas à sourire. La prochaine fois, je me secouerai les puces, promis!

      Aimé par 1 personne

        1. J’aimerais bien, mais vous savez ce que c’est: soit Ca vient tout seul, soit ça ne vient pas, et dans ce cas, il vaut mieux laisser tomber car l’humour à marche forcée manque toujours son effet!
          Ceci dit, la citation vaut le détour 😉

          Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s