poésie

Septembre

Logo des jeudis poésie pour ceux qui écrivent...

Parce que jeudi, c’est poésie (et c’est Asphodèle qui l’a dit, et quel plaisir de la retrouver!), je me pare de ma robe à paniers pour l’élégant salon du jour,  et voici quelques mots, un peu trop convenus, peut-être. Mais ce sont les seuls qui viennent en cette semaine de rentrée. Je les donne à mes élèves retrouvés  et à l’année  nouvelle qu’Asphodèle vient fleurir.


 

A l’année dont la porte s’entrebâille seulement

A vos enfances que je voudrais couver

 

Tout est neuf et tremblant

Les mots pèsent de leur poids dans les paumes des mains

Et tout ce qui remue et tout ce qui se tait

Et l’odeur de la craie

Et celle des encres libres sur les pages trop blanches

 

Et viennent les semaines

Et viennent les fatigues

 

Loin sont encore les fracas de l’usure

Les pas se font timides

Et les yeux se rencontrent

 

Et viennent les semaines

Et viennent les fatigues

 

Sous vos regards las murmureront vos cœurs

Sous mes airs de bois vert il y aura

La mousse tendre des forêts, le chant de l’eau

Vous y boirez

 

Nous irons côte-à-côte nos mondes se frôlant

Dans de fragiles franges ou grandiront bientôt

Des semailles de joie et de secrets trouvés

 

Publicités

28 thoughts on “Septembre”

  1. bon,je vais pas citer tout ce qui me plait la dedans, il suffit de relire le poème !
    quand même : « Et viennent les semaines / Et viennent les fatigues »
    et le final :
    « Nous irons côte-à-côte nos mondes se frôlant/ Dans de fragiles franges ou grandiront bientôt/ Des semailles de joie et de secrets trouvés »
    ça m’évoque je ne sais plus (faudrait que je révise) quels bons poètes 🙂

    en échange,un vieux poème de rentrée (avec, pour Aldor, du tableau noir) :
    https://wordpress.com/post/carnetsparesseux.wordpress.com/7909

    Aimé par 1 personne

    1. Pour le tableau noir comme pour les révisions, la salle 2 (la mienne) est pourvue de Tout qu’il faut (à part d’un toit qui ne fuit pas, mais c’est un détail!): il y a encore des places pour Aldor et pour toi😀😀😀
      Merci beaucoup pour ta lecture, et je vais lire ton tableau noir à toi

      J'aime

  2. Quel beau poème, Martine a tout dit sur la rentrée et la manière de l’aborder quand on enseigne ! J’ajouterai qu’il ma semblé entendre Apollinaire dans le rythme de ce poème à la douce mélancolie joyeuse ! Tu as encore un tableau noir et des craies ? Je pensais qu’il n’y avait plus que des tableaux blancs et des feutres !!! C’est génial, tu me réconcilies avec l’idée que je me faisais de l’école d’aujourd’hui…Et que l’automne qui arrive continue de t’é-mouvoir ainsi, j’en redemande ! 😀 Bises Clém’ !

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, Asphodèle, encore un tableau noir, et un toit fuyard, un vieux placard et des panneaux en liège pour punaiser les œuvres des élèves!
      Merci pour ta lecture! Tu sais, il y a deux poètes que j’ai toujours dans le coeur et dans l’oreille, ce sont Apollinaire et Eluard. Je dois les plagier un peu sans m’en rendre compte: je les sens, cœurs battants, plantés là tout au fond. Ils font la loi, qu’y puis-je ?

      J'aime

  3. Quel joli poème qui me ramène à………. Il y a tant et tant d’années. Mais ces sont doux à mon oreille. La fatigue pourra bien attendre encore un peu, puisque les vers nous le demandent .
    Les élèves auront ils leurs lors de poèmes pour apprendre la douceur ? ,Et regarder la prof avec un oeil nouveau…..

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s