Au cordeau de la nuit

Au cordeau de la nuit

J’ai suspendu un à un

Mes rêves

Sous un drap de pluie brune

 

Ils pendent

Brisés de solitude

Et raclent le bitume

Dans leur balancement

 

Au cordeau de la ville

S’embrasent les fenêtres

Officiant à la place

Du faux feu des étoiles

 

Et pendent en silence

Mes pauvres espérances

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8 commentaires sur “Au cordeau de la nuit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s