La sueur

Et le soleil

La maison change

Le mouvement est lent

Leurs voix

Rires

La bière

La métamorphose des pierres au prix de la sueur

 

Je regarde ces corps d’hommes que j’aime

L’eau de leurs jours s’embrase dans l’été

Ma maison est la leur ils la font

Ils offrent au morceau de colline

où nos vies se suspendent

l’avenir

 

Profite de ta sueur* disait le livre que je lisais

mais eux savent-ils?

Cette question à travers la fenêtre

alors

je cuisine  et j’abreuve  et je veille

donnant ma part

la sueur on la goûte est-ce cela l’amour qui perle sur la peau?

 

Les hommes dehors je les regarde

ils gardent le mystère de leur courage de leur fatigue

L’été seul sait bien ce qu’il y a aux entrailles des muscles

 

Je voudrais que ce mouvement soit lent encore jusqu’au repos

des corps

recommencer demain

 


*Laurent Gaudé, Le Soleil des Scorta

A vous qui êtes de tous les chantiers et dont la sueur étoile les liens qui nous attachent, merci…

8 commentaires sur “La sueur

  1. Bien sûr, le retour aux sources, ce rude travail qui donne du sel à la vie, la sueur qui nourrit les pierres du pays, en parfaite osmose avec la nature. Beau moment de plénitude, ton poème est très fort, il a des accents de texte sacré.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s