L’usure de nos chagrins

Les arbres, toujours, les arbres

inlassable réponse, inlassable mystère

dans l’entrelacs des nuits

ils fondent leur constance

ils font leur long travail

en traversant l’hiver

leurs nœuds entendent-ils

la colère alentour?

Leurs troncs devinent-ils

l’usure de nos chagrins?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s