A nos petits matins

Pour E., mon amie qui rend les collines plus douces

La nuit pour le poème entrebâille sa porte et je sens se tracer, sur l’écran confus que les mots font encore à ne pas être écrits, la route entre les arbres au ventre des collines.

Nos voix dans les herbages, les ciels, les amours, tissent un fil de soie où se nouent nos questions.

Gracile comme toi, ton arbre au bord du pré, et libre et je te vois, et c’est l’aube plus douce qui poursuit le chemin.

Les virages réservent dans leur balancement des mystères touffus.

Nous ne connaissons pas tous les secrets. La beauté suffit à nos petits matins.

2 commentaires sur “A nos petits matins

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s